épisode 1 de la série « I try to control something that is controlling me »

Durée : 15-20 min

Pièce pour deux danseurs, une guitariste et une performeuse, pose la question :
« Qu’est ce qui fait danser les gens ?
Comment réagit le corps face aux sensations musicales ? »
Cet épisode concourt à transmettre les différentes étapes d’une rencontre à la fois sociale, animale et artistique.

#ilfaitchauddansleventre

Actuellement en diffusion – Dossier Artistique Fiche Technique

Ce diaporama nécessite JavaScript.

«The Dancing» est né du questionnement de la relation entre la musique et la danse :
«Qu’est ce qui fait danser les gens ? »

Plus précisément sur le rapport des sensations musicales reçues par le corps :
Quels sons, quelles vibrations, quelles mélodies déclenchent quel genre d’émotions, d’envies, de répulsions, de sensations, de qualité de mouvement et donc quelle sorte de danse ?!

La réaction non maîtrisée du corps face aux sons, aux rencontres d’autres corps est un angle de réflexion qui alimente de façon récurrente mon travail d’artiste.
Travaillant avec des danseurs, mais venant (au départ) du théâtre, il me plaît de questionner avec eux l’essence de la danse à savoir : l’audace !

Comme a pu l’être la rencontre d’Isadora Ducuan et Nijinski, je veux se faire se rencontrer des mondes qui ne s’associent généralement pas : la bio-mécanique de l’analyse du mouvement et les mouvements plus instinctifs et viscéraux déclenchés par des élément extérieurs comme la musique, les sons (nature), les odeurs,  les voix, le ou les corps des autres.

«The Dancing» parle de cette rencontre entre des corps et de la musique.
Au delà de la première danse vient alors s’inscrire la musique DANS le corps.»

Bénédicte Le Lay

Ce spectacle a été créé dans le cadre du Diplôme Universitaire «Chorégraphe, un métier», dirigé par Karine Saporta, à l’occasion de la rencontre de différents artistes suivant cette formation.

« THE DANCING » étapes de travail, juin 2016 from BENEDICTE LE LAY on Vimeo.

“THE DANCING”, au Théâtre Pierre Daure, 6 juillet 2016 from BENEDICTE LE LAY on Vimeo.