Bénédicte Le Lay a envie de réinventer constamment en allant au delà des circuits de diffusion classiques. Il s’agit pour elle de jouer sur scène mais aussi dans des musées, des espaces urbains, ruraux, des galeries d’art, des boutiques, des salle de concerts …ou là où l’on ne s’y attend pas.

S’approprier différents espaces l’amène à imaginer de nouvelles configurations scéniques, expérimenter de nouveaux rapports aux spectateurs. Cela rejoint également sa volonté d’aller à la rencontre du public en dehors des lieux de culture officiels dans l’optique d’une stimulation artistique mutuelle.

Le rapport à soi, aux autres et à l’espace sont au cœur de ses créations. Les thèmes abordés dans les créations sont toujours sous-tendus par une réflexion sur le statut d’artiste, le travail effectué sur soi et son rapport aux attentes des autres et de la société concernant le geste artistique.

img_0331

Bénédicte intervient auprès d’hommes en réinsertion pour Le Vent se Lève! en proposant des séances de travail corporel au sein du projet de l’Ouvrage à Aubervilliers. Ces séances abordent des thèmes de travail liés au livre « Le Corps Utopique » de Foucault. Elles donnent lieu à des restitutions au Vent se Lève tous les 3 mois.

Bénédicte intervient dans le cadre du « Chantier éduc » (par les Francofolies) à la Rochelle et donne des ateliers de conscience corporelle aux élèves de CM1. Ces séances donnent lieu à des restitutions à la Sirène, salle de concert partenaire.

img_3837

 « LE FLUX »

(Projet pré-sélectionné à l’appel pour le  Contrat Local d’Éducation Artistique Seine et Oise 2016.)

Partition chorégraphique, musicale et théâtrale, transformée de façon itinérante. 

Proposition de création collective à travers un dispositif d’éducation artistique et d’action culturelle

« Le Flux » travaille sur l’idée que tout est en mouvement, que rien ne s’arrête – les gens, le temps – tout se renouvelle.

C’est une partition chorégraphique qui décrit un parcours continu et unilatéral. Elle est un moteur/déclencheur d’un mouvement, d’une énergie communicative, d’un flux induisant : vitesses, énergies, tempos, rythmes, sons et voix.

La Compagnie Bénée Le Lay, en collaboration avec l’artiste Erika Winkler, de la Compagnie Erika La Quica, propose « Le Flux » suite à un constat d’une convergence significative entre leurs orientations propres en tant qu’artistes et compagnies :

  • accès à la culture pour tous
  • transmission du geste artistique
  • rôle de l’artiste dans la construction du vivre-ensemble et dans l’appropriation des représentations sociétales
  • plaisir du partage et de l’émulation à travers la création artistique

L’équipe :

Les intervenantes artistiques : Bénédicte Le Lay & Erika Winkler

Pour Erika «la Quica», l’art n’a pas de frontières.

erikawinkler

De la danse classique au flamenco, en passant par la danse contemporaine et les danses orientales, elle met son talent au service des grandes compagnies de danse européennes.

Titulaire du diplôme d’état et du certificat d’aptitude à l’enseignement de la danse, elle enseigne dans différentes régions de France. Dans le même temps, elle exprime sa forte personnalité au travers de la création chorégraphique.

Les créations proposées par sa compagnie allient la rigueur de la tradition à la fraîcheur de la nouveauté et de l’hybridation des genres.

Cela amène à un renouvellement des formes, construit en constante interaction avec le public que l’artiste refuse de cantonner à un rôle de spectateurs passifs.

Logistique : Alicia Trouve, Chargée de diffusion pour la Cie Bénée Le Lay

Convaincue de la nécessité du partage et de la diffusion de pratiques et d’œuvres culturelles diversifiées pour le bien-être de nos sociétés et des individus qui y vivent, Alicia souhaite y consacrer sa carrière professionnelle, favoriser les rencontres créatives et humaines pour enrichir et élargir les représentations de chacun.

« Le Flux » : Une forme artistique inclusive, cadrée mais adaptable

 La spécificité  de ce projet est qu’il embrasse à la fois les notions de pédagogie, de transversalité, d’esthétique et de publics. «Le Flux» a une ambition artistique forte et une singularité dans l’élan fédérateur qu’il génère.

« Le Flux » peut être adapté à différentes structures d’intervention, se dérouler sur différentes fréquences et périodes (à condition de maintenir un suivi régulier), et est ouvert à tous les publics.

Il prend la forme de cycles d’ateliers qui peuvent donner lieu, ou non, à une forme de restitution.

Car le plaisir est avant tout dans l’expérimentation et le processus de création.

Pour plus d’informations, contacter :

diffusion@benedictelelay.com | +337 85 22 61 13

Dossier de présentation disponible sur demande.


@ Photographie d’illustration : lors d »un atelier  « Donner du corps et de la voix à partir d’œuvres de Camille Claudel » en lien avec les représentations du spectacle
« Si Camille avait dansé »